Le millassou ! Vous connaissez ? Régine Rossi-Lagorce, cuisinière et écrivaine très connue en Limousin en parle très bien :  « Autrefois, en Corrèze, il y avait des plantations de sarrasin, qui comportaient aussi du millet, une plante parasite du sarrasin, raconte Régine. On ramassait les graines de millet, on les écrasait, on en faisait une pâte avec de l’eau, on y mettait un peu de blettes, d’oseille ou de blancs de poireau, on rajoutait un peu d’ail et de persil et on faisait griller ce millassou. Durant la grande disette de 1820, le sarrasin a disparu et le millet avec. Il a donc été remplacé par la pomme de terre. Pour avoir la même sorte de pâte, on a créé une râpe à picots, qui écorche la chair de la pomme de terre et qui en fait une pulpe. En cuisine, c’est la forme qui fait le goût. On ne fera pas le millassou avec une râpe à carottes. La cuisson n’est pas du tout la même. » D’où l’importance de la râpe à farcidure dont je vous parle dans la recette. Quand j’ai fait cette galette de pommes de terre, je n’en avais pas, mais depuis, j’en ai trouvé une. Le seul et unique endroit pour vous procurer LA râpe se trouve à Tulle, chez la mythique droguerie Neige. Made in 100% Corrèze bien sûr, et c’est vrai que cela change complètement la texture. Le millassou divise aussi les gens dans sa préparation. Pour Régine Rossi-Lagorce :  « Pour 12 pommes de terre, il faut compter une grosse cuillère à soupe bien bombée de hachis de persil. Il faut saler et poivrer et il ne faut surtout pas égoutter les pommes de terre râpées, car la fécule partira avec l’eau et il n’y aura plus de liant ». C’est de cette façon que je la cuisine depuis que je suis en Corrèze, je la cuit en principe dans de la graisse de canard. Et il y a aussi la Confrérie des farcidures et du millassou de Sainte-Fortunade qui incorpore dans la préparation des œufs et du lard gras. Régine Rossi-Lagorce, en bonne puriste : « Je suis formelle. On ne met pas d’œuf, ni de lard dans le millassou ». Je n’ai encore pas testé cette version. Mais pour celle que je vous présente aujourd’hui, je suis partie sur une 3ème version ! Celle de Jérémy Crouchet , chef à La Table de M, à Uzerche, depuis 5 ans. Corrézien d’origine, il sait l’ancrage du millassou dans le patrimoine local, mais il a néanmoins décidé d’apporter sa touche d’originalité à ce mets traditionnel avec une cuisson au beurre de tonka. Quand j’ai lu sa recette, j’ai tout de suite pensé aux belles fèves de Tonka d’Amazonie que mon partenaire David vanille m’a envoyé et me voilà donc partie en cuisine pour la réaliser selon sa recette. La version traditionnelle est déjà excellente, mais nous avons tout autant aimé celle de ce Chef. La fève de Tonka lui apporte une touche légèrement vanillée, on sent bien le petit goût d’amande en arrière-gorge mais surtout elle apporte un goût caramélisé qui s’est concentré sur les bords du millassou. Ils étaient craquants à souhait et bien parfumés. On trouve avec mon mari que la fève sublime ce millassou. Nous l’avons dégusté tout simplement avec un filet de poisson blanc cuit à la vapeur et une salade. Un repas que nous avons beaucoup apprécié. Certaines photos le montre noir mais non, il n’est pas cramé mais super bien caramélisé et croustillant 🙂  Merci Chef pour cette originalité ! Et vous savez quoi ? .. Déjà, je suis bien bavarde ..lol .. Et en plus, c’est un plat super économique même avec la fève de Tonka. Il ne vous en coûtera que 4.33 € pour être précise pour 6 très belles parts et si vous la faite sans la fève, alors là, elle ne coûte plus que 3.55 €.. Autant vous dire que je m’empresse de la proposer pour notre Cenween du joli blog « Simplement Cenwen » avec son “Challenge alimentaire, Fin De Mois Difficile“ que nous faisons chaque 15 du mois.. le challenge ? Une recette à moins de 1.50 € par personne 🙂


Quantité : 6 personnes  –   Préparation : 30 mn   –   Cuisson : 30 mn

Cuisine corrézienne  –   Prix de revient : 0.72 € par pers (au 14 novembre 2020)

Ingrédients :Millassou au beurre de tonka presentation

  • 1,5 kg de pomme de terre (Agata) (1.40 €)
  • 6 gousses d’ail  (0 .20 €)
  • 1/2 botte de persil (0.30 €)
  • 250 g de beurre (1.45 €)
  • 6 belles fèves de Tonka. (0.98 €)

Millassou au beurre de tonka etape1Préparation :

Mettre le beurre dans une casserole et râper les fèves Tonka par-dessus.


Millassou au beurre de tonka etape2Mettre le beurre à fondre à feu doux en remuant souvent.

Réserver.


Millassou au beurre de tonka etape3Hacher le persil et l’ail épluchés plus ou moins grossièrement.

Eplucher les pommes de terre. Les râper avec une râpe à farcidure, si on en a une, sinon les râper assez fin.

Ajouter la persillade, saler et poivre. Bien mélanger avec ses mains pour amalgamer le tout.


Millassou au beurre de tonka etape4Prendre une poêle d’environ 20 cm de diamètre. Mettre 3 c. à soupe de beurre de tonka et faire chauffer.

Lorsque le beurre frémit, baisser le feu et ajouter les pommes de terre en les compressant bien entre les mains pour faire ressortir un maximum d’amidon.

Une fois que toutes les pommes de terre sont dans la poêle, à l’aide d’une écumoire bien tasser le dessus en appuyant avec le dos de l’écumoire pour obtenir une galette d’une épaisseur de 2 cm maximum.  Puis bien façonner les bords du millassou (voir photo).


Millassou au beurre de tonka finFaire cuire à feu doux pendant 10 mn en ajoutant régulièrement du beurre de tonka sur les bord du millassou.


Millassou au beurre de tonka fin2Le faire glisser sur une assiette, remettre un peu de beurre dans la poêle et continuer la cuisson pour l’autre face toujours en l’arrosant régulièrement sur les bords avec le beurre.

Le millassou est cuit lorsqu’il est bien doré et croustillant, mais encore moelleux à cœur.


Millassou au beurre de tonka fin3Si au bout des 10 mn pour l’autre côté, il ne parait pas tout à fait cuit. Le mettre dans un plat allant au four et continuer la cuisson dans le four chaud à 180°C pendant 5 à 10 mn.


Millassou au beurre de tonka fin4Servir aussitôt avec une belle salade et/ou du poisson blanc.

Bon appétit !!!

 


Millassou au beurre de tonka slider


Challenge fins de mois difficiles

Liste des participants


Je propose cette galette à Claudine de la Cuisine de Gut pour “Cuisinons de saison” avec les pommes de terre 🙂

Cuisinons de saison


© 2020, Natly. All rights reserved.

About Natly

Blogueuse culinaire de 53 ans, mariée et maman d’un garçon de 14 ans. Provençale d’origine, je vis depuis 10 ans à la campagne, dans le Limousin. Un tout petit village qui respire la tranquillité, le bon air. Passionnée de cuisine, mon mari m’a aidé à mettre ce blog en place afin de vous faire partager mes recettes, mes expériences culinaires et bien d’autres choses. Je me suis lancée dans cette aventure pour le plaisir et l'amour des bonnes choses 😉

21 commentaires sur Millassou au beurre de tonka selon Jérémy Crouchet

  1. Moi j’aime bien quand tu bavardes, quand tu nous racontes des histoires et que tu nous emmènes à la fois dans un voyage dans le temps et dans un voyage gourmand. ♥
    On apprend plein de choses, on se pose, on a envie d’entendre la bouilloire se mettre à nous chuchoter qu’une tasse de thé avec l’histoire, c’est encore mieux et que d’allonger ses jambes devant le feu de bois, c’est s’installer au paradis 🙂
    Merci pour le bon moment passé en ta compagnie ♥ Merci aussi de prendre le relai quand je perds pied ♥ Merci pour la jolie recette qui me donne envie de tendre mon assiette ♥
    Belle et douce journée 🙂
    Plein de bisous doux à partager ♥

    • Oh <3 t’es un amour 🙂
      Merci à toi surtout pour nous reunir sur ce beau challenge.
      Tu sais où me trouver pour le coup de pouce, il n’y a pas de soucis 😉
      Gros bisous <3 et prends soin de vous deux et de tes poilus, moustachus !!

  2. Oups, je ne connais pas le millassou et la recette a l air différente, mais j’avais repéré cette recette et je la gardais sous le coude. Je vais l’essayer !

  3. Une superbe découverte que cette spécialité qui met mes papilles en émoi mais tu dois bien t’en douter hihi !!!
    L’utilisation d’un beurre parfumé à la fève tonka est vraiment d’une originalité hors norme pour parfumer des pommes de terre, c’est osé mais nul doute excellent !
    Bonne soirée. Bizh. Viviane

    • Tu as raison, très osé !
      C’est un Chef qui commence à avoir une belle renommé et quand j’ai lu sa recette, j’ai d’abord dit non !! Je fais souvent le millassou classique et la persillade le parfume déjà beaucoup.
      Puis en voyant mes fèves, je me suis dit pourquoi pas !!
      Ben.. on l’a franchement pas regretté. La fève de Tonka en version salé n’a pas le même goût et la même puissance que dans le sucré.
      Bisous

    • Merci 🙂
      Un plat aussi celèbre en Corrèze que le pâté de pommes de terre que je vous avais fait quand vous étiez venu <3
      Des bisous

  4. Je me doutais bien que ce millassou allait être gourmand ..mais voilà pour le réaliser il faut déjà se rendre à Tulle pour y trouver la râpe …ce que je trouve super gourmand dans ton plat c’est le parfum de la fève tonka ,quelle bonne idée .Merci pour l’échange et pour tes explications .Gros bisous

    • Ecoute, quand les magasins reouvriront, j’irais t’en chercher une. C’est à deux pas de mon boulot 🙂
      Mais cette recette, je l’ai faite avec une râpe qui coupe très très fin et ça marche bien aussi.
      Gros bisous ma Maggy

  5. Que c’est drôle ! je connaissais le Millassou mais pas du tout comme cela puisqu’il est fait à la farine de Maïs et qui est un dessert qui ressemble un peu à un flan. Enfin cetains l’appelle Millas aussi et on le trouve en gironde ou en dordogne. Je l’avais d’ailleurs testé et si le visuel était sympa je ne l’avais pas trop apprécié.
    Je préfère cette version salée, mais quelle dose de beurre ! C’est dingue ! Impossible de me le faire, il me faudrait le faire autrement mais je suis certaine que c’est délicieux. Merci de l’offrir à cuisinons de saison ! gros bisous

    • Oui, alors pour la dose de beurre, c’est parceque j’ai reproduit fidèlement la recette du chef. Mais contre toute attente, il n’est pas si gras que ça car le beurre caramélise bien les bords. Mais je te l’accorde, pour toi c’est pas top.
      D’habitude, je fais le classique et là, je le cuisine avec de la graisse de canard et j’en mets largement moins que le beurre. Par contre, il n’est absolument pas croustillant comme celui-ci.
      Ensuite les millassou, j’ai vu qu’il y en avait plein de version. Celui-ci est Corrézien pure souche !!
      Gros bisous

    • C’est un des premier plat que j’ai découvert en arrivant en Corrèze avec le paté de pommes de terre.
      C’est vrai délice pour accompagner une viande ou un poisson.
      Et cette variante est excellente aussi.
      Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge